Pub de l'entête
Pub principale

Mort de Wattao/ Oh Ivoiriens, qui sommes-nous devenus ?

Par
Marco Leader
-
9 janvier 2020
0.

L’annonce, récemment, du décès du Colonel Issiaka Ouattara (Wattao) et les réactions qui ont suivi de part et d’autre m’ont attristé.

Sans vouloir rentrer dans les détails et les considérations de ce que représente le personnage, sa position et le rôle qu’il a joué dans l’histoire récente de la  Côte d'Ivoire, je voudrais m’interroger sur la réaction des uns et des autres sur sa mort et celle de toutes les personnalités de tous les bords : avons-nous égaré sérieusement notre humanisme ? Que sommes-nous devenus, chers ivoiriens au point de nous réjouir du malheur ?

Un tel est mal en  point, on a vite fait d’annoncer sa mort. Un tel est mort, on a vite fait de se réjouir.

Et pourtant, nous sommes les mêmes tous les vendredis, dans les grands boubous et « bazins » immaculés, dans les mosquées. Nous sommes les mêmes, avec costumes, croix et rameaux dans les églises, temples et synagogues, les dimanches. Qu’espérons-nous ? Aller au paradis ? Que Dieu brûle nos ennemis ?

Une chose est certaine, Dieu n’est pas gaou. Vous le savez très bien. Arrêtons de nous tromper car nous ne trompons pas Dieu. Qui croyait prendre sera pris, soyons-en sûrs.

A tous ceux qui se réjouissent (à tort ou à raison), je vous interroge : vous qui paraissiez des victimes, répondre au coup de pied de l’âne, n’est-pas se mettre à son niveau ? Si donc vous croyez tant être les bons, les anges, les amorphes, n’est-ce pas vous qui devriez le manifester en faisant preuve de compassion ? Pourquoi jubilez-vous du malheur ? Seriez-vous en train de devenir pires que les autres ?

A ceux qui sont affligés et qui pleurent, je vous interroge : vous paraissez être des victimes, vous vous morfondez aujourd’hui. N’est-ce pas vous qui riiez hier ? Avez-vous manifesté de la compassion quand ceux-là étaient affligés ? Alors pourquoi êtes-vous surpris de leurs réactions ? Seriez-vous devenus moins pires qu’eux ?

Qui sont les victimes et qui sont les bourreaux ? Qui est innocent et qui est coupable ? Dites-moi. Sans vous en rendre compte, vous qui étiez les bons et qui êtes devenus les mauvais, vous agissez exactement comme ceux qui se disent bons mais qui étaient mauvais.

Retenez-le. Il n’y a pas les bons d’un côté et les méchants de l’autre. En chacun de nous il y a du bon et du mauvais, du bon grain et de l’ivraie. Dans chaque camp, il y du bon et du méchant. Et les faits sont là chaque jour pour le témoigner.

Alors qu’on ne se méprenne pas. En pensant et agissant comme le faisons actuellement, nous restons dans une spirale de vengeance. Et le cercle vicieux se referme solidement parce que la roue tourne. Or que tout le monde veut la paix. Chacun devient subitement chantre de la paix quand son camp est à la page. Les mauvais d’hier deviennent les gentils et vis-versa.

Est-ce ce que nous voulons pour nous même, pour nos enfants et pour la Côte d'Ivoire ?

Je ne le crois pas. Le peuple ivoirien que je connais est avant tout un peuple hospitalier. La joie de vivre, le partage, l’amour sont notre ADN.

Changeons cette mentalité qui est en train de nous perdre et retrouvons nos valeurs d'antan, revenons à nos sources. Il n’est pas encore tard. Il est temps !

ML

VOUS AIMEZ CET ARTICLE ? PARTAGEZ-LE AVEC VOS AMIS !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Souscrivez à notre newsletter pour recevoir nos dernières actualités
Loading
FAIRE UN DON
SUIVEZ-NOUS SUR
© Copyright 2019 - MARCO LEADER
CONCEPTION DU SITE PAR JPROBEWEB
searchthcommenttwitterfacebookyoutube